Loyola Sanchez, l'aventurière - performance - 2014

(...)

Un jour, on retrouvera notre histoire et on ouvrira peut-être nos souterrains pour les faire visiter à des touristes comme des grottes préhistoriques, avec des reconstitutions, des animations, un son et lumière et une boutique de souvenirs. Ils feront de l'argent sur nos rêves parce qu'ils auront arrêté de rêver. Il faudra surtout dire que pendant des années, des hommes et des femmes ont essayé de vivre dans un monde qui remettait régulièrement en cause les normes produites. Mais il sera sans doute impossible de ressentir. J'emporte le jaune de mon enfance, et le rouge de Tarahumara, j'emporte les ocres et les ombres brûlées, le vert... le vert de Nicosie et celui de Brentonico, j'emporte le noir si profond qu'il devient mon espoir et ma consolation.

(...)